Paradis fiscal les Bahamas

Les îles des Bahamas méritent sans doute le terme paradis fiscal. Pour les personnes physiques résidentes comme les non-résidentes, les Bahamas offrent un régime fiscal sans similaire : impôt zéro sur les revenus, sur les plus-values et sur le capital.

  • Impôt sur le Revenu : Néant,
  • Impôt sur la Fortune : Néant + Secret Bancaire
  • Droits de Successions : Néant

Pour ce qui est des banques offshores, dont l’économie nationale dépend largement. Le PIB des Bahamas repose essentiellement sur le tourisme (en pleine expansion) et les banques offshore, installées dans le paradis fiscal que sont les Bahamas. Le pays héberge actuellement près de 300 sociétés financières et nombre de grandes banques internationales. Nous notons aussi que le pays a signé une convention avec les États-Unis pour la lutte contre le blanchiment d’argent sale.

Les Bahamas paradis fiscal des banques

Paradis Fiscal Dubaï

Dubaï, le nouveau paradis fiscal

Le petit Émirat Arabe des mille et une merveilles, et encore, le nouveau paradais fiscal : Dubaï ! Dubaï fait partie des Émirats Arabes Unis. La ville ne fait que 3 885 km², malgré ça elle provoque de plus en plus l’ardeur des investisseurs économiques, venus des quatre coins du monde.

La ville de Dubaï est fondée sur le concept de la zone franche. Les entreprises voulant s’y investir bénéficient par conséquent de tous les avantages des zones franches : exonération des charges fiscales, soit des remises très importantes sur les impôts, les règlementations sociales, environnementales et de l’emploi sont avantageuses à plusieurs types de projets économiques etc. Ces avantages ainsi que le faible taux de réglementation font de Dubaï un paradis fiscal.

Le petit paradis fiscal Dubaï offre un autre avantage aux investisseurs économiques. En raison de sa politique économique contre le blanchiment d’argent, Dubaï a échappé à la liste noire établie par Organisation de coopération et de développement économiques, sur les territoires à faible réglementation. L’émirat arabe continue à renforcer ses relations bilatérales, avec l’Algérie par exemple, pour contrôler les fuites illégales des capitaux.

Grâce à sa politique économique et financière, le paradis fiscal Dubaï est classé dans le top 40 de l’index de la Banque mondiale sur la facilité de conduire des affaires, le faible nombre de formalités sur l’import / export ainsi que la facilité de l’obtention des permis de construire et des chantiers.

Dubaï paradis fiscal

Paradis Fiscal Bahreïn

Bahrein, un paradis fiscal

Paradis fiscal Bahrein. C’est en 1975 que le Bahreïn décide de devenir la première place financière du Golfe arabe, par la création des « Offshore Banking Units ».

La multiplication des zones franches a permis donc au pays d’attirer un très grand nombre de multinationales, leur offrant tous les avantages d’un paradis fiscal : une fiscalité légère, des remises très importantes sur les impôts, facilité des formalités sur les opérations d’import / export, exonération des charges douanières etc. Ces faveurs pour les entreprises internationales ont fait du Bahrein un paradis fiscal très fréquenté jusqu’à 1991.

Depuis cette date, et à cause de la guerre du golfe, plusieurs  institutions financières internationales en provenance de la Suisse, du Luxembourg et de Chypre ont quitté le Bahrein. Néanmoins, le Bahreïn est un paradis fiscal pour nombreuses multinationales ayant des activités dans la région, notamment les secteurs de la construction et du bâtiment.

Bahreïn paradis fiscal

Paradis Fiscal – Luxembourg

Paradis Fiscal – Luxembourg

Paradis fiscal Luxembourg. D’une superficie de 2 590 km², le Luxembourg est un petit Etat ducal qui se situe entre la Belgique, la France et l’Allemagne. Le Luxembourg est la place financière la plus importante sur le marché des fonds d’investissements de l’Europe depuis une quinzaine d’années. Son PIB dépend largement de son rôle financier dans la région.

Mais qu’est-ce qu’il fait du Luxembourg un paradis fiscal ?

Le code pénal luxembourgeois garanti le secret bancaire. Ce mécanisme financier permet à des personnes morales ou physiques de détenir des avoirs bancaires de façon anonyme. Même les administrations fiscales compétentes, n’ont quasiment pas accès aux comptes des clients, tant les luxembourgeois que les étrangers.

Pour ce qui est du contrôle banquier, les aux non-résidents peuvent créer, sans aucune limite, des comptes bancaires dans toutes les devises possibles. L’avantage et que les clients non-résidents ont la possibilité de transférer les intérêts sur leur compte bancaire sans aucune retenue à la source.

Les avantages fiscaux ainsi que la facilité de la création des comptes aux non-résidents font du Luxembourg un paradis fiscal parmi les plus fréquentés à l’échelle mondiale.

Paradis Fiscal – Luxembourg

Régime Fiscal – Luxembourg

Paradis Fiscal – Irlande

Paradis Fiscal – Irlande

Paradis fiscal Irlande. Se situant à l’Ouest de la Grande Bretagne, l’Irlande une république présidentielle d’une superficie de 70 300 Km². La monnaie émise par la banque centrale irlandaise est l’euro.
Grâce à la puissance de ses banques et la diversité des offres de crédits proposées par celles-ci, l’Irlande est devenue une place financière de premier plan sur le marché des fonds des investissements.

Pour les « résidents exclusifs », l’Irlande est un véritable paradis fiscal. Ce statut exclusif de résident (ne pas être résident dans un autre pays, être propriétaire sur le sol irlandais, ou bien passer au moins 183 jours annuellement sur territoires irlandais etc.) permet de bénéficier de la souplesse du régime fiscal irlandais. Exemple : les artistes et les inventeurs qui obtiennent le statut de « résident exclusif » jouissent de la totalité de leurs « droits d’auteur », c’est-à-dire sans verser le moindre euro d’impôt pour l’état.

Pour ce qui est des multinationales, ces dernières bénéficient de remises attrayantes notamment sur les impôts sur les bénéficies. A titre d’exemple, des sociétés de renommées internationales telles que Fujistu, Google, Microsoft, Alstom,…qui sont implantées en Irlande, sont appelées à verser 12.5% de leurs bénéfices à l’Etat irlandais. Ce taux s’élève à 33.3% en France.
Pour ces multinationales, l’Irlande est un paradis fiscal. Cette politique économique a permis d’attirer actuellement plus de 1 000 sociétés internationales.

Paradis Fiscal – Irlande

Régime Fiscal – Irlande

Paradis Fiscal – Panama

Paradis Fiscal – Panama

Paradis fiscal Panama. Avec 0% d’impôts sur les bénéfices des sociétés anonymes panaméennes, le Panama est le paradis fiscal de plusieurs multinationales françaises.

Société Générale, Alstom, Bouygues, Peugeot, Sanofi, Alcatel, ou Total y trouvent un refuge fiscal très confortable. Le Panama accueille de ce fait les sociétés Offshore et les centres de distribution qui sont entièrement exonérés d’impôts sur les bénéfices. Ces mesures fiscales permettent au Panama de se positionner en tant que le principal centre financier de l’Amérique centrale.

Néanmoins, en raison de l’absence des conventions internationale sur l’organisation du régime fiscale, la réputation du Panama sur l’échelle mondiale est négative. Cette situation fait du Panama le paradis fiscal des connaisseurs.

Paradis Fiscal – Panama

Régime Fiscal – Panama

Paradis Fiscal – Anguilla

Paradis Fiscal – Anguilla

Paradis fiscal île Anguilla. Membre de l’organisation des états du caraïbe oriental depuis 1995, l’île Anguilla est le territoire britannique d’outre-mer. Anguilla est un paradis fiscal par excellence. Les personnes physiques résidentes et non-résidentes bénéficient d’un impôt zéro, et ce pour les : impôt sur le revenu, les droits de successions ainsi que l’impôt sur la fortune. Nous notons toutefois une taxe de 3% sur les biens immobiliers localisés sur l’île d’Anguilla pour les non-résidents.

Par ailleurs, Anguilla est aussi un paradis fiscal qui provoque l’ardeur des sociétés voulant compresser leurs dépenses. Anguilla accueille ainsi 6 500 sociétés, dont principalement des sociétés financières internationales, attirées notamment par le régime fiscal favorable de l’île Anguilla : 0% d’impôts sur les bénéfices.

Paradis Fiscal – Anguilla

Régime Fiscal – Anguilla

Paradis Fiscal – Les îles Caïmans

Paradis Fiscal – Les îles Caïmans

Paradis fiscal Les îles Caïmans. L’archipel des îles Caïmans est un territoire d’outre-mer du Royaume-Uni dans les Caraïbes, et formé de trois îles : Grand Caïman, Cayman Brac et Little Caïman. L’archipel a un système politique peu compliqué et par conséquent stable. Cette situation a encouragé les investissements économiques étrangers, attirés notamment par un régime d’impôt, presque, négligeable.

Les experts classent les îles Caïmans comme paradis fiscal. Du coup, 700 banques internationales ainsi que 80 000 sociétés offshores sont implantées aux îles Caïmans en tant que sociétés écran. Voici quelques faveurs fiscales pour les sociétés aux îles Caïmans :

  • Impôt sur le Revenu : Néant,
  • Droits de Successions : Néant,
  • Impôt sur la Fortune : Néant + Secret Bancaire.

Pour ce qui est des personnes physiques, les résidents et non-résidents n’ont pas à payer des impôts directs sur les revenus, ni sur les plus-values et sur le capital. Cette politique économique permet actuellement d’attirer 70% des fonds spéculatifs internationaux.

Les îles Caïmans, paradis fiscal pour les personnes physiques également, tiennent de ce fait la 5ième place de gestion de fonds spéculatifs sur l’échelle mondiale. Les îles Caïmans sont considérées comme « les spécialistes » de l’enregistrement des fonds d’investissements spéculatifs, du type Hedge Funds.

Paradis Fiscal Caïmans

Régime Fiscal Caïmans

Paradis Fiscal – Curaçao

Paradis Fiscal – Île de Curaçao

Paradis fiscal Île de Curaçao. Les services financiers sont un des piliers de l’économie de l’île de Curaçao : le paradis fiscal. Bien que le régime fiscal ne soit pas avantageux pour les résidents, les personnes physiques non-résidentes ne sont pas redevables de l’impôt sur les revenus (à l’exception des revenus générés sur l’île de Curaçao). Pour les retraités, l’île est tout aussi attrayante grâce à un taux uniforme de 5% de leurs revenus.

L’île Curaçao est spécialement attrayante pour les armateurs de tous bords. L’île est en effet un pavillon de complaisance de premier plan. C’est-à-dire que plusieurs propriétaires étrangers de navires choisissent d’y placer leurs navires, notamment pour le caractère peu contraignant de l’île en matière de fiscalité : l’île Curaçao est le paradis fiscal des armateurs donc !

Notons qu’environ 63% de la flotte mondiale de marine marchande navigue sous pavillon de complaisance, ce qui peut générer une activité commerciale et des retombées économiques intéressantes pour les pays qui les accueillent.

Paradis fiscal Curaçao

Régime fiscal Curacao

Paradis Fiscal – Gibraltar

Paradis Fiscal – Gibraltar

Paradis fiscal Gibraltar. L’économie de Gibraltar repose en grande partie sur le secteur des services, la finance notamment. Afin de bénéficier du faible taux d’imposition sur les sociétés, un nombre important de banques britanniques et internationales ont créé des filiales à Gibraltar.

Beaucoup de bookmakers ainsi que des opérateurs de jeu en ligne de plusieurs pays européens ont également déplacé leur siège à Gibraltar pour bénéficier de la souplesse de son régime fiscal. Le pays est ainsi devenu un centre de finances international, un paradis fiscal pour les sociétés.

Pour les sociétés, le régime fiscal de Gibraltar les exonère de l’impôt sur les bénéfices ne provenant pas du commerce local, soit une période de gratification de 25 ans minimum. Les actifs détenus au travers d’une société exempte les personnes physiques non citoyennes, non domiciliées ou résidentes de Gibraltar de tous droits de succession.

Paradis Fiscal – Gibraltar

Régime Fiscal Gibraltar